French football

L’antisèche du Clasico (0-0) : Avoir autant de qualité mais aussi peu d’idées… – Liga 2019-2020 – Football – FRENCH FOOTBALL

by: Adam Smith

0

LIGA – Ce mercredi, le Barça et le Real Madrid se sont quittés dos à dos à l’issue d’un terne Clasico (0-0). Si Zinédine Zidane a réussi son défi tactique en gênant considérablement la relance barcelonaise, force est de constater qu’Ernesto Valverde n’a jamais su quoi lui opposer. Et ce n’est pas si nouveau pour le coach barcelonais. Notre antisèche.

Vidéo – En danger et désormais encensé : Zidane, l’homme qui trouve toujours la solution

02:02

Les joueurs : Valverde a encore affiché ses qualités, Griezmann n’a pas pesé


Zinédine Zidane repart de Barcelone avec quelques satisfactions. Sur le plan collectif bien sûr. Mais aussi sur le niveau de certains de ses joueurs. Si Isco s’est montré à son avantage et a bien combiné sur le côté gauche avec Ferland Mendy, Federico Valverde a encore montré tout son potentiel au cœur du jeu avec Toni Kroos et Casemiro. Karim Benzema a lui pesé dans le jeu et avec son pressing.


A Barcelone, il y a moins de raisons de s’envoyer des fleurs. Antoine Griezmann a ainsi été bien discret offensivement. Au final, seuls Gerard Piqué et Lionel Messi ont surnagé. Le sextuple Ballon d’Or argentin, sans être étincelant, a essayé d’éclairer à de très rares moments le jeu terne des Catalans, sur un geste, une passe ou un dribble. En vain.

Karim Benzema et Gérard Piqué

Karim Benzema et Gérard PiquéGetty Images

Le facteur X : les penalties oubliés sur Varane


Le Real Madrid risque d’en vouloir à l’arbitre. A deux reprises en quelques minutes, Raphaël Varane aurait pu obtenir un penalty. A la 17e, le champion du monde français a pris une semelle dans la surface barcelonaise de Clément Lenglet. Et deux minutes plus tard sur un corner, il s’est retrouvé par terre après un contact avec Ivan Rakitic, qui lui tire clairement le maillot. Deux actions limites. Mais l’arbitre de la rencontre n’a pas bronché.

La stat : 6235


Avec ce triste 0-0, le Clasico a accouché d’un score “historique”. Un tel score n’était plus arrivé depuis novembre 2002, soit 6235 jours. Luis Figo, Raùl, Claude Makélélé ou Roberto Carlos étaient présents côté madrilène pour affronter les Kluivert, Riquelme ou Marc Overmars du Barça. Une autre époque, assurément.

Le tweet qui crée la confusion

La décla surprenante : Ivan Rakitic (milieu du FC Barcelone)

Sincèrement, je sors heureux et fier de cette performance

La question : Pourquoi ce match est le symbole de l’ère Valverde ?


Il n’y a pas péril en la demeure. Après tout, le Barça reste leader de Liga et a évité le pire dans un Clasico qu’il n’a pas maîtrisé, loin de là. En mai prochain, rien ne dit que les Blaugrana ne seront pas encore sacrés champions, comme chaque année depuis l’arrivée d’Ernesto Valverde. Mais Dieu que ce Barça a perdu de son charme.


Collectivement, c’est une bouillie de football qu’ont proposée les Catalans. Et, comme souvent, quand le Barça balbutie, tout le monde se tourne vers Messi. La Pulga ne peut pas éternellement tout résoudre et quand le génial Argentin est moins bien comme ce mercredi, le néant tactique du Barça saute aux yeux.


Bien sûr, le plan mis en place par Zinédine Zidane n’a pas aidé à enflammer un Clasico qui ne restera pas dans les mémoires. Mais rien n’interdit le Barça d’avoir une expression collective un chouïa plus enthousiasmante, surtout au Camp Nou. Depuis 2017, les Blaugrana se sont habitués à la léthargie. Ils s’en sortent souvent par les éclairs de leurs stars mais quand la foudre n’arrive pas, il ne se passe plus rien, ou presque. Avoir autant de qualité mais aussi peu d’idées…



Par Cyril MORIN et GLENN CEILLIER

Vidéo – “Les artisans du grand Barça doivent avoir mal devant leurs télés”

02:06